John Allen Chau est-il mort en vain?

‘’Illuminé’’, ‘’fou’’, ‘’martyr’’, … la presse séculière reste sidérée face à l’entreprise inconsidérée du jeune missionnaire Jonh Allen Chau, mort à l’âge de 26 ans sous les flèches d’une tribu inhospitalière de l’Océan Indien, appelés les Sentinelles. Chrétien, sensible à partager le message de l’Evangile aux populations les plus reculées de la planète, J.A. entreprit cette aventure dangereuse à en perdre la vie. 


Qui était John Allen Chau ?


John Allen Chau était un voyageur, originaire de Vancouver aux Etats-Unis décrit dans le communiqué de la famille sur son compte Instagram comme «un fils bien-aimé, un frère, un oncle et un meilleur ami pour nous […] Pour d’autres, il était un missionnaire chrétien, un amoureux de la nature, un entraîneur de football international et un alpiniste. Il aimait Dieu, la vie, aidant ceux qui étaient dans le besoin, et il n’avait d’amour que pour le peuple sentinelle.»
C’était un jeune homme passionné par l’activité et les voyages missionnaires. Il a fait référence à des explorateurs tels que David Livingstone et Bruce Olson, quelques temps avant sa mort.  

Qui sont les Sentinelles? 


L’île de North Sentinel fait partie du territoire des îles Adaman-et-Nicobar et est située à l’ouest de Port Blair, capitale de l’archipel. C’est un territoirre de 60km2 recouvert de forêt. L’archipel des Andamans, administré par l’Inde depuis 1947, est un ensemble d’environ 204 îles divisées en Andaman du Nord, Andaman du Centre, Petite Andaman et Andama du Sud à laquelle est rattachée l’île de North Sentinel. 
Les Sentinelles sont un peuple vivant en totale autarcie, coupé du monde entier, refusant de façon catégorique tout contact avec le monde extérieur. Toute tentative est punie par la mort. Les chercheurs en savent aujourd’hui à leur sujet, faute d’avoir essayé. 


“Dans les années 1970, des anthropologues indiens ont tenté d’établir des contacts en se rendant sur la plage de l’île de North-Sentinel pour des “gift giving missions”, c’est-à-dire des expéditions pour “donner des cadeaux”. Certaines rencontres ont duré une demi-heure à une heure. 
En 1991, une visite à même abouti à quelques contacts physiques : des mains se sont effleurées… Mais c’est tout. Ensuite, la situation s’est à nouveau dégradée. 


En 1996, les autorités indiennes ont compris que ces populations étaient vraiment hostiles à toutes rencontres et décision a été prise de renoncer définitivement à tout contact. En particulier pour les protéger de l’introduction de maladies infectieuses qui pourraient leur être fatales. Ce groupe ne possède pas de système immunitaire adapté à des agents extérieurs. L’interdiction d’accès à l’île en a découlé”, précise Kirk Huffman, anthropologue britannique, spécialisé dans les populations océaniennes. 

Une expédition suicidaire ? 


Le journal de bord se son expédition, retraçant ses derniers jours circule sur le net et révèle la prise de conscience du risque élevé mais aussi la peur de mourir.   
D’après la police, le jeune américain savait que la tribu était réfractaire à tout contact avec le monde extérieur, connue pour décocher des flèches et jeter des lances à des hélicoptères. J.A. Chau n’est pas la première victime. Des faits évoquent la mort de deux pêcheurs suite à la dérive de leur bateau sur l’île.
Avant qu’il meure, le missionnaire avait réussi une première fois à se rendre sur l’île et même d’avoir un vif contact avec des membres de la tribu. Il aurait offert du poisson et de petits cadeaux aux indigènes chasseurs-cueilleurs.Selon ses écrits, les habitants réagissaient avec colère quand il tentait de parler leur langue et de chanter des cantiques. Il fut peu de temps après agressé à coups de flèches, dont une qui transperça sa bible.
Sa seconde tentative le 16 novembre 2018 lui fut malheureusement fatale.

Selon les témoignages des pêcheurs, son corps a été asséné de flèches, tiré par une corde, puis enterré sur la plage. 
“Cet accident était prévisible, ce peuple refusant tout contact avec l’extérieur, explique Kirk Huffman. 

Source : Getty Images

L’ordre missionnaire, mais à quel prix ? 


Jésus exhorte tous ceux qui décident de Le suivre, à diffuser le message de la Bonne Nouvelle au plus grand nombre. L’apôtre Paul en est un fervent exemple qui a répandu l’Évangile dans une grande partie de la Méditerranée au péril de sa vie. Les Écritures relatent le périple de l’apôtre mais aussi les violentes oppositions qu’il a essuyé au cours de ses voyages. 

Matthieu 28.19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.


Marc 16.15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.


2 Timothée 4.1 Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, 2 prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. 


2 Corinthiens 11.23 
– Je parle comme un fou. – Je le suis plus encore : j’ai bien plus connu les travaux pénibles, infiniment plus les coups, bien plus encore les emprisonnements, et j’ai souvent été en danger de mort. 24 Cinq fois j’ai reçu des Juifs les quarante coups moins un, 25 trois fois j’ai été fouetté, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans la mer. 26 Fréquemment en voyage, j’ai été en danger sur les fleuves, en danger de la part des brigands, en danger de la part de mes compatriotes, en danger de la part des non-Juifs, en danger dans les villes, en danger dans les déserts, en danger sur la mer, en danger parmi les prétendus frères. 27 J’ai connu le travail et la peine, j’ai été exposé à de nombreuses privations de sommeil, à la faim et à la soif, à de nombreux jeûnes, au froid et au dénuement.


« Vous pensez peut-être que je suis fou de faire tout ça mais je pense que ça vaut la peine d’apporter Jésus à ces gens », écrit dans son journal J.A. Chau le matin de sa mort.
La mort du jeune américain soulève aujourd’hui toute une controverse comparant son désir de diffuser un message d’espérance à un peuple qui exprime clairement sa volonté à ne pas s’ouvrir au monde à du fanatisme suicidaire au même titre que l’islamisme radical. 


L’Histoire de l’Humanité est marqué par les nombreuses bavures d’explorateurs sanguinaires qui au cours de leurs découverte, ont entrepris de convertir par la violence les autochtones au nom de Dieu … . Des conséquences désastreuses ont résulté de ces projets : esclavages, génocides, épidémies, acculturations, … .
Néanmoins, la directrice exécutive de l’organisation All Nations (auquel Chau était affilié) a accordé une interview au web média chrétien Christianity Today  : Le voyageur  ‘’se préparait intentionnellement depuis de nombreuses années en obtenant un diplôme en médecine du sport, une formation en tant qu’EMT et des études […] De plus, il semble que Chau n’ignorait pas les risques potentiels pour la santé que sa présence pourrait poser à la tribu (ce qui a suscité de nombreuses critiques) et a planifié son voyage en conséquence. Selon l’entretien, Chau avait reçu plusieurs vaccins et s’était intentionnellement mis en quarantaine plusieurs jours avant son voyage de plusieurs jours dans l’île.[…] Ho a indiqué qu’il avait subi un processus de sélection rigoureux par le biais de l’agence, qui comprenait une évaluation mentale, psychologique, spirituelle et physique afin de déterminer si ce type de formation était approprié pour lui et pour sa personnalité. […] le but de toute cette formation était de vivre sur l’île pendant des années, de tisser des liens avec les gens, de les aider pendant sa formation médicale, d’apprendre leur langue et de leur parler de Christ.’’


Ces nouveaux éléments gomment l’image simpliste d’un fanatique zélé d’aventures disposé à risquer imprudemment la vie d’un groupe d’île isolés.


‘’ Nous savons que Chau n’était pas un individu voyou, voyageant par cavalerie sur une île protégée en guise d’aventure. Selon Ho, c’était un homme intelligent, éduqué, humble et gentil qui s’intéressait depuis des années à un seul et unique objectif : atteindre les Sentinelles du Nord avec le message de l’Évangile.’’ 
ED Stetzer, doyen de l’école de mission, du ministère et du leadership du Wheaton College, également directeur exécutif du Billy Graham Center., intervient dans le Washigton Post 
‘’Par exemple, lorsque Jésus a envoyé ses disciples, il leur a demandé de prier puis de partir, tout en leur montrant comment honorer la dignité et l’humanité des choix des autres. Il a également envoyé ses disciples deux par deux. La Bible a beaucoup à dire sur l’importance des équipes et de la communauté. Les équipes apportent un discernement collectif et offrent une protection contre les tentatives imprudentes d’efforts missionnaires. Selon Ho, il y avait une équipe disposée à accompagner Chau, mais il a choisi d’y aller seul. En outre, en ce qui concerne les choix des gens, Jésus le dit clairement dans Marc 6:11: “Et si un endroit ne vous souhaite pas vous accueillir ou vous écouter, quittez-le.” Il semble que Chau soit retourné à North Sentinel même après se faire tirer dessus avec des flèches, dont l’une, selon son journal, coincée dans sa Bible.


Alors, que doit faire le missionnaire moderne? Dans le monde d’aujourd’hui, la mentalité missionnaire est une hérésie des temps modernes. Cependant, c’est toujours l’enseignement de Jésus et ne peut être effacé des pages de la Bible.Les critiques et les partisans ont comparé Chau à Jim Elliot, un missionnaire chrétien du XXe siècle qui a appris une langue autochtone, a réuni une équipe de personnes partageant les mêmes idées et qui a soigneusement planifié de se rendre dans une tribu équatorienne isolée. Le 8 janvier 1956, Elliot et quatre autres missionnaires chrétiens ont été tués, comme Chau, par les personnes qu’ils essayaient d’atteindre.”
Lucy SR Austen écrit également ‘’beaucoup ont qualifié le travail missionnaire de fou au mieux, et au pire de tentative violente d’imposer des croyances chrétiennes aux autres cultures. L’Ordre de Mission signifie que la plupart des chrétiens devront accepter de ne pas être d’accord avec ceux qui voient le partage de l’histoire de Jésus comme intrinsèquement négatif.Mais cela signifie également que les chrétiens doivent sérieusement réfléchir aux meilleurs moyens non seulement de partager l’histoire, mais de la partager avec respect. Il n’est pas facile de savoir à quoi cela ressemble dans la pratique, en particulier dans le contexte culturel de quelqu’un d’autre. Cela rend les questions réfléchies sur nos attitudes missionnaires essentielles.Est-ce que nous abordons les missions avec «douceur et respect» pour ceux avec qui nous partageons Jésus, comme le dit 1 Pierre 3:15? Croyons-nous vraiment en un Dieu qui parle en rêves et en visions? Ou croyons-nous que nous sommes le seul moyen pour les gens de rencontrer Jésus et agissons comme si la fin justifiait les moyens?
Est-ce que l’histoire que nous racontons – à nous-mêmes, à nos enfants, à un monde qui nous observe – à propos de qui est Dieu et de son comportement, est-elle une histoire vraie?
Notre approche ne doit pas contredire le récit biblique d’un Dieu qui valorise la diversité culturelle des groupes de peuples du monde entier et qui respecte leur libre arbitre, un Dieu qui n’est pas limité par le passage du temps ou les limites de l’espace.
Lorsque nous écrivons et que nous parlons et pensons au peuple sentinelle et à la mort de John Allen Chau, nous leur devons d’examiner attentivement la manière dont nous nous racontons des histoires missionnaires, la manière dont nous abordons notre approche des missions et si notre approche reflète fidèlement Dieu nous voulons que les autres sachent.’’

«L’objectif est de changer les cœurs, pas de changer les cultures»Grace Laurel Rogers


Et le corps dans tout ça ? 


Une difficulté notable est à déplorer pour les autorités indiennes car le malheureux est d’origine américaine. 
Il s’avère délicat d’approcher aujourd’hui ce peuple qui s’inscrit dans une configuration d’isolement. D’un point de vue sanitaire, les Sentinelles ne disposent pas d’un système immunitaire pouvant supporter des virus venant de l’extérieur, apportés par des visiteurs. 
Une enquête pour meurtre a été ouverte par les autorités indiennes, et sept personnes, dont cinq pêcheurs, ont été arrêtées pour avoir aidé John Allen Chau à se rendre sur l’île, ce alors que la loi interdit formellement à quiconque de s’y rendre. 
Depuis 2017, prendre des photos et des vidéos des tribus vivants sur les îles Andaman et Nicobar est même puni de trois ans d’emprisonnement.   
John Allen Chau a payé des pêcheurs pour l’emmener près de North Sentinel puis a utilisé un kayak pour se rendre sur l’île.
Toute une équipe a été mobilisée pour tenter de repérer le corps de J.A. Chau. 
Quant à la famille, dans le communiqué, ils pardonnent aux meurtriers de leur fils.

Sources


– 20 minutes . L’Américain tué par une tribu isolée voulait leur «apporter Jésus» – CNEWS . LA FAMILLE DU TOURISTE TUÉ PAR UNE TRIBU ISOLÉE PARDONNE SES MEURTRIERS – Le Soleil.com . Tribu isolé: le corps de l’aventurier tué aurait été enterré sur l’île – SCIENCES ET AVENIR . Sentinelles : le peuple qui ne voulait pas être contacté – CANOE.CA . Peuple des Sentinelles: «Je ne veux pas mourir» a écrit l’aventurier avant d’être tué – CHRISTIANITY TODAY . John Chau, Missions, and Fools – NEW YORK TIMES . ‘I’ve Thought a Lot About Whether I Did Good or Evil’: Missionaries on the Death of John Allen Chau – NEW YORK TIMES . American’s Death Revives Evangelical Debate Over Extreme Missionary Work – THE CHRISTIAN POST . 21st century martyr: A conversation on the legacy of John Allen Chau – EATING WITH SINNERS . Do missionaries destroy cultures?  – GET RELIGION . Thinking about missionaries: Arrogant fools or believers obeying core Christian doctrines? – RECASTCHURCH.COM . John Chau . . . Hero or Fool? – THE WASHINGTON POST . Slain missionary John Chau prepared much more than we thought, but are missionaries still fools?Les dernières lignes de John Allen Chau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *